Solutions Industries Témoignages clients Ressources À propos
Contactez-nous
Contactez nousBrochures
Blog juin 2024

Guide politique de l'UE sur l'économie circulaire

Découvrez le guide politique de l'UE sur l'économie circulaire, qui détaille des objectifs et des politiques rigoureuses en faveur du développement durable dans tous les secteurs d'activité. Des objectifs de gestion des déchets aux plans d'action en faveur de l'économie circulaire, comprenez les risques liés à la conformité et saisissez les opportunités d'innovation.

Guide politique de l'UE sur l'économie circulaire

Avec l'un des programmes les plus complets pour la transition vers une économie durable, l'UE met en œuvre des objectifs stricts et coordonne l'action autour de politiques spécifiques pour atteindre ses objectifs. Il sera essentiel de garder un œil sur ces changements, non seulement pour assurer la conformité des industries des déchets et du recyclage, mais aussi pour accéder aux opportunités pertinentes d'innovation en matière d'économie circulaire.

Alors que l'UE définit son programme, le "Green Deal" de l'UE sert d'étoile polaire guidant un grand nombre d'initiatives, de politiques et d'objectifs liés aux déchets et au recyclage. Il donne la priorité à une approche globale de l'économie visant à atteindre la neutralité carbone dans l'UE d'ici 2050 et à réduire les émissions nettes de gaz à effet de serre de 55 % d'ici 2030.

Objectifs de l'UE en matière de gestion des déchets

Pour inciter à davantage d'action, l'Europe a fixé des objectifs élevés de recyclage et des objectifs stricts de réduction de la mise en décharge, dans le cadre de sa directive-cadre sur les déchets (2008) et de sa directive sur la mise en décharge (1999). Ces objectifs sont les suivants :

  • Augmenter le recyclage des déchets municipaux ou la préparation des déchets en vue de leur réutilisation à 55 % d'ici 2025, 60 % d'ici 2030 et 65 % d'ici 2035.
  • Augmenter le recyclage des déchets d'emballage à 65 % d'ici 2025.
  • Réduire les déchets mis en décharge à 10 % d'ici à 2035.

Des objectifs nationaux supplémentaires existent en France, en Allemagne, au Portugal, en Suède, en Autriche (emballages de boissons réutilisables à 25 % d'ici 2025 et 30 % d'ici 2030) et en Roumanie.

Actuellement, les États membres ont du mal à atteindre ces objectifs. Lespoints saillants d'une évaluation de la probabilité que les pays atteignent leurs objectifs en2023 sont les suivants :

  • 18 pays de l'UE risquent de ne pas atteindre l'objectif de 55 % de recyclage des déchets municipaux ou de préparation à la réutilisation pour 2025.
  • 13 pays de l'UE risquent de ne pas parvenir à réduire de 10 % leurs déchets municipaux mis en décharge d'ici à 2035.
  • 19 pays risquent de ne pas atteindre l'objectif de recyclage des emballages plastiques fixé à 50 % pour 2025.

En plusde ces directives, le règlement sur les transferts de déchets (WSR), mis à jour en 2023, comprend de nouvelles mesures pour freiner le commerce illégal de déchets et limiter les dommages environnementaux causés par les exportations de déchets en dehors de l'Europe. Le règlement améliore l'évaluation du transfert des exportations de déchets vers les pays non membres de l'OCDE, où la gestion des déchets est moins réglementée. Il interdit également le transfert de déchets dangereux et de plastiques non dangereux vers les pays non membres de l'OCDE, à moins qu'ils ne puissent démontrer une gestion rigoureuse des déchets.

Taxe européenne sur le plastique

Alors que les taxes de mise en décharge et les redevances de déversement font partie du paysage politique européen depuis longtemps, la "taxe plastique" de l'UE est une approche plus récente de la réduction des déchets. Baptisée " contribution aux ressources propres des matières plastiques" par l'UE, cette "taxe" est une contribution nationale au budget de l'UE pour la période 2021-2027 .

L'UE demande aux États membres de contribuer à hauteur de 0,80 EUR par kilogramme de déchets d'emballages plastiques non recyclés, sur la base des données nationales d'Eurostat.

Les États membres sont tenus de communiquer des données sur leurs déchets de plastique et d'emballage dans le cadre des obligations qui leur incombent en vertu de la directive sur les déchets de plastique et d'emballage. Les États membres paient leurs contributions sur une base mensuelle en utilisant les estimations des données de l'année précédente.

Chaque État membre détermine sa propre approche de la collecte des taxes dues à l'UE. Certains pays commencent à répercuter la taxe sur les fabricants, les importateurs et les consommateurs de plastique de diverses manières. L'Italie et l'Espagne ont toutes deux proposé une taxe de 0,45 euro par kilogramme pour les fabricants et les importateurs de certains emballages en plastique.

Qu'est-ce que cela signifie pour les gestionnaires de déchets et de recyclage ? Étant donné les incitations supplémentaires à suivre et contrôler efficacement des catégories spécifiques de déchets d'emballages plastiques, les gestionnaires de déchets et les entreprises de recyclage bénéficieront de ressources numériques pour soutenir leur collecte de données.

Plan d'action de l'UE en faveur de l'économie circulaire

Considéré comme l'un des principaux piliers du Green Deal de l'UE, le Plan d'action pour l'économie circulaire (PAEC), adopté en 2020, vise à assurer simultanément la transition vers une économie circulaire, tout en favorisant la croissance économique et la création d'emplois. Les récentes mises à jour du cadre de suivi du PAEC en 2023 mettent davantage l'accent sur l'efficacité matérielle et le maintien de la consommation dans les limites planétaires.

Le PAEC cible les considérations tout au long de la chaîne de valeur, en commençant par la conception durable, en notant que "si jusqu'à 80 % des impacts environnementaux des produits sont déterminés lors de la phase de conception", les producteurs ont besoin de plus d'incitations pour rendre leurs activités circulaires. Il vise à renforcer les politiques et la législation dans les principales chaînes de valeur de l'industrie pour :

  • Améliorer la durabilité des produits
  • Augmenterl'efficacité des ressources et de l'énergie des produits
  • Augmenter le contenu recyclé des produits
  • Permettre la refabrication et le recyclage de haute qualité
  • Réduire l'empreinte carbone des produits
  • Limiter l'usage unique et l'obsolescence programmée
  • Interdire la destruction des biens durables invendus
  • Encourager les modèles commerciaux de produits en tant que service
  • numériser et permettre le partage des informations sur les produits (passeports numériques, étiquetage, filigranes, etc.)
  • Inciterà la performance des produits dans le cadre de ces objectifs circulaires

Points forts du PAEC pour les gestionnaires de déchets :

  • Responsabilité élargie du producteur : Le concept selon lequel les fabricants sont tenus de s'assurer que leurs produits n'ont pas d'impact négatif sur la société ou l'environnement peut favoriser les partenariats avec les gestionnaires de déchets. Les mises à jour de la directive-cadre sur les déchets ont conduit à l'obligation pour les États membres de mettre en place des redevances de REP afin de stimuler la recyclabilité, et la directive sur les emballages et les déchets d'emballages impose aux États membres de mettre en place des systèmes de retour, de réutilisation ou de recyclage des emballages des consommateurs vers les producteurs afin de stimuler les taux de recyclage.
  • Principe du pollueur-payeur : La réorientation des flux financiers pour décourager la production de déchets peut soutenir les investissements dans les services de réduction des déchets offerts par les gestionnaires de déchets.
  • Améliorer les marchés des matières secondaires : Dans le cadre du PAEC, l'un des principaux objectifs politiques est d'améliorer l'infrastructure des marchés de matériaux secondaires afin d'améliorer les taux de recyclage et de réutilisation.
  • Certification de la symbiose industrielle : La symbiose industrielle consiste à utiliser des sous-produits industriels comme intrants dans d'autres processus de fabrication. L'UE cherche à favoriser la symbiose industrielle grâce à un cadre de déclaration et de certification.
  • Suivi numérique et traçabilité : L'UE vise à améliorer le suivi numérique, le traçage et la cartographie des ressources. Il s'agit notamment d'informations vitales pour les gestionnaires de déchets, telles que les données sur la composition des matériaux et les exigences en matière de recyclage.
  • Plateforme de soutien financier à l'économie circulaire : Dans le cadre de son PAEC, l'UE lance une plateforme pour guider et promouvoir les projets par le biais d'un renforcement des capacités financières et d'incitations.
  • Possibilités de formation étendues : L'UE soutiendra les PME en leur offrant des formations et des conseils par l'intermédiaire du Centre européen de connaissances sur l'efficacité des ressources.

Secteurs prioritaires et politiques connexes

Conception de produits et étiquetage

Électronique et TIC (déchets électroniques)

Batteries et véhicules

Emballage

  • Directive sur les emballages et les déchets d'emballages
  • Leschangements proposés comprennent des mises à jour telles que les restrictions concernant les emballages plastiques à usage unique, le contenu recyclé des emballages plastiques, les objectifs de réutilisation des emballages à l'horizon 2030, les exigences relatives aux systèmes de consigne et les restrictions concernant les PFAS .

Plastiques

Textiles

Construction et bâtiments

  • Objectifs de la directive-cadre sur les déchets (voir ci-dessus).

Alimentation, eau et nutriments

  • Une proposition de modification de la directive-cadre sur les déchets présentée en 2023 prévoit des objectifs de réduction des déchets alimentaires de 10 % dans les secteurs de la transformation et de la fabrication et de 30 % par habitant dans les secteurs de la vente au détail et de la consommation d'ici à 2030 .

L'agenda ESG de l'UE

Un autre pilier du Green Deal de l'UE qui s'étend à l'agenda politique de l'Europe lié à la responsabilité sociale est sa législation environnementale, sociale et de gouvernance (ESG), qui comprend des exigences auxquelles de nombreux gestionnaires de déchets sont soumis.

  • CSRD : Afin de promouvoir la finance durable et la durabilité des entreprises, les sociétés d'une certaine taille sont désormais tenues de rendre compte de leurs performances ESG en vertu de la directive sur les rapports de durabilité des entreprises (CSRD), avec des exigences progressives pour les rapports publiés en 2025 pour l'année de référence 2024 .
  • Taxonomie de l'UE : En outre, de nombreuses entreprises partagent des données sur la manière dont leurs activités s'alignent sur la taxonomie de l'UE, utilisée pour classer les activités économiques considérées comme "durables" à des fins d'investissement.
  • Directive sur la diligence raisonnable en matière de développement durable : enfin, la directive sur la diligence raisonnable en matière de développement durable des entreprises a également été adoptée récemment afin de promouvoir la transparence de la chaîne d'approvisionnement et de protéger l'environnement et les droits de l'homme .
  • Directive européenne sur les allégations écologiques : Afin de minimiser le risque d'écoblanchiment par l'étiquetage ou la commercialisation de produits comme durables sans vérification, l'UE a introduit une directive sur les allégations vertes qui établit des lignes directrices et des règles pour la commercialisation de produits ou de services comme étant "durables". Cette directive aidera les consommateurs à mieux comprendre les options disponibles.

Ce guide politique permet aux gestionnaires de déchets de comprendre les risques liés à la conformité réglementaire. Plus important encore peut-être, il décrit les leviers par lesquels l'UE encouragera la circularité dans les années à venir.

Partagez ceci sur:

Infographie "L'avenir des déchets est circulaire".

Plongez au cœur de la gestion des déchets grâce à notre guide visuel des flux de déchets, des défis et des secteurs stratégiques en Europe.

Ressources

Webinaire

Sustainability in Transport: navigating emerging trends & ESG Regulations

Blog

Rapport CSRD de l'UE - Une introduction pour les professionnels de la santé et de la sécurité au travail

Blog

Des flux à la stratégie : Guide visuel de la gestion des déchets en Europe

Afficher d’autres ressources