Solutions Industries Témoignages clients Ressources À propos
Contactez-nous
Contactez nousBrochures
Blog juin 2024

Rapport CSRD de l'UE - Une introduction pour les professionnels de la santé et de la sécurité au travail

Écrit par Mouttou Natanasigamani (Groupe AMCS)

Index

La dernière avancée en matière de reporting environnemental, social et de gouvernance (ESG) au sein de l'Union européenne est la directive sur le reporting des entreprises en matière de développement durable (CSRD). Cette nouvelle directive, qui devrait entrer en vigueur en 2024, remplace la précédente directive sur le reporting non financier (NFRD) et concerne les entreprises de toutes tailles.


La directive sur la responsabilité sociale des entreprises (CSRD) aura des conséquences importantes pour l'ensemble du secteur commercial européen. La date limite de mise en conformité se profilant à l'horizon, il est vital pour les entreprises de comprendre leurs obligations au titre de la nouvelle norme et de se préparer à en satisfaire les stipulations. Dans cet article, nous entrons dans les détails de la CSRD - y compris ses spécificités, qui elle affectera, quand elle entrera en vigueur et, surtout, comment les experts en santé et sécurité au travail peuvent contribuer de manière critique au rapport ESG CSRD.


La directive sur les rapports de durabilité des entreprises (CSRD) est une obligation légale de reporting introduite par l'Union européenne, exigeant des grandes entreprises qu'elles rendent compte de leurs implications environnementales, sociales et de gouvernance (ESG). Cette directive remplace la directive sur les rapports non financiers (NFRD) préexistante de l'UE, signalant une approche plus large et plus englobante des exigences en matière de rapports ESG qui affectera un large éventail d'entreprises, tant au sein de l'UE qu'à l'échelle mondiale.

Le CSRD s'efforce principalement de fournir aux investisseurs et aux parties prenantes des informations essentielles sur les risques d'investissement potentiels liés aux questions de durabilité, telles que la sécurité et le bien-être sur le lieu de travail, le changement climatique, etc. En outre, il souligne le besoin de transparence des entreprises en mettant en évidence les différents impacts qu'elles ont sur notre environnement et sur la société dans son ensemble.

Délais pour les entités concernées et critères respectifs pour le rapport CSRD

Date de débutEntités concernéesCritères
1er janvier 2024Grandes entreprises (>500 employés) déjà soumises à la Directive sur les rapports non financiers (DRNF)Doivent commencer à produire des rapports conformément à la DCRD pour l'exercice 2024.
Rapport à publier en 2025
1er janvier 2025Grandes entreprises qui ne sont pas encore soumises à la directive sur les rapports non financiers (NFRD)Doivent remplir au moins deux des trois conditions suivantes Plus de 250 employés, 40 millions d'euros de chiffre d'affaires ou 20 millions d'euros d'actifs totaux. Commencer à produire des rapports selon le CSRD pour l'année fiscale 2025. Rapport à publier en 2026
1er janvier 2026Petites et moyennes entreprises (PME) cotées sur les marchés réglementés de l'UES'applique aux PME dépassant au moins deux de ces seuils :
plus de 10 employés, plus de 700 000 EUR de chiffre d'affaires net, ou plus de 350 000 EUR de chiffre d'affaires net.
plus de 700 000 EUR de chiffre d'affaires net, ou plus de 350 000 EUR d'actifs totaux. La déclaration doit être faite à partir de l'exercice fiscal 2026, mais les PME peuvent s'y soustraire jusqu'au 1er janvier 2028.
1er janvier 2028Entreprises de pays non membres de l'UEElle s'applique aux entreprises qui ont : un chiffre d'affaires net supérieur à 150 millions d'euros dans l'UE, et au moins une filiale ou une succursale dans l'UE.

L'EFRAG (European Financial Reporting Advisory Group) a fourni des conseils techniques à la Commission européenne pour finaliser les normes européennes de reporting sur le développement durable (ESRS) en tant que norme de reporting CSRD et pour soutenir leur mise en œuvre.

Vous trouverez ci-dessous les domaines pertinents pour les rapports du CSRD concernant les aspects sociaux, y compris la santé et la sécurité, dans le cadre des normes européennes de rapport sur le développement durable (ESRS) :

  1. Santé et sécurité du personnel
  2. Chaîne d'approvisionnement responsable et droits de l'homme
  3. Diversité
  4. Communautés concernées
  5. Consommateurs

Plus spécifiquement, les mesures liées aux aspects de santé et de sécurité pourraient inclure :

  • Incidents et accidents du travail : Nombre et taux d'accidents sur le lieu de travail, incidents évités de justesse et blessures non mortelles et mortelles,
  • Préoccupations en matière de santé au travail : Informations sur les complications sanitaires liées au travail, telles que les maladies professionnelles ou les troubles musculo-squelettiques,
  • Approches de gestion de la santé et de la sécurité : Détails des systèmes et des processus adoptés pour gérer les risques liés à la santé et à la sécurité, y compris la conformité avec les législations locales et internationales,
  • Éducation et sensibilisation : Informations sur les formations axées sur la santé et la sécurité proposées aux salariés, y compris la régularité et l'étendue de ces sessions de formation,
  • Initiatives en faveur du bien-être sur le lieu de travail : Initiatives en faveur du bien-être sur le lieu de travail : mesures prises pour encourager la santé physique et mentale et le bien-être général des travailleurs,
  • Engagement et communication avec les parties prenantes : L'approche de l'entreprise en matière de dialogue avec ses salariés et les autres parties prenantes sur les questions de santé et de sécurité, ainsi que les méthodes de signalement des accidents ou des griefs.
AMCS

Il est désormais essentiel pour les entreprises de l'Union européenne (UE) d'identifier et de communiquer des indicateurs clés en matière de santé, de sécurité, de formation, de développement des compétences et d'équilibre entre vie professionnelle et vie privée. La mise en place d'un espace de travail qui valorise le bien-être des employés est une étape cruciale pour garantir une résilience économique durable. En plus de fournir des informations sur leur propre main-d'œuvre, les entreprises ont également le devoir de communiquer des informations sur les travailleurs de leur chaîne de valeur, sur leurs clients et sur la communauté au sens large.


L'essence des efforts ESG est la responsabilité et la transparence. Les entreprises de l'UE doivent démontrer non seulement leur engagement en faveur de pratiques de travail éthiques et d'un traitement équitable du personnel, mais aussi leur dévouement à un partenariat avec des fournisseurs et des vendeurs qui respectent des principes similaires, quelle que soit leur localisation dans le monde. L'efficacité des stratégies ESG dépend souvent d'un engagement productif avec les parties prenantes. Les fournisseurs, les vendeurs et les clients devraient tous comprendre les nombreux avantages liés aux efforts déployés pour cultiver et maintenir un modèle d'entreprise responsable.

L'approche de la durabilité, un changement de paradigme

La nécessité d'harmoniser l'impact des activités des entreprises avec les systèmes sociétaux et environnementaux souligne l'essence des stratégies de développement durable. L'intégration de la durabilité dans le cadre stratégique d'une entreprise implique un processus de transformation étendu et continu. Ce réarrangement est global, car tous les niveaux d'un établissement doivent prendre en compte les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans leur planification stratégique, leurs processus opérationnels, leurs modèles d'entreprise et la conception de leurs produits.

Phases essentielles du voyage de transformation

Évaluation de la situation actuelle : Commencez par une évaluation complète et honnête de la situation et des activités actuelles de votre entreprise. Cette évaluation servira de pierre angulaire factuelle, prenant en compte les impacts sur votre entreprise ainsi que les préoccupations des parties prenantes. Il est essentiel de prendre en compte à la fois les impacts internes (inside-out) et les perceptions externes de votre entreprise (outside-in). Cette perspective doit également permettre d'évaluer la manière dont la valeur de l'entreprise est influencée par les risques et les opportunités potentiels, y compris des aspects tels que les améliorations de l'efficacité, le potentiel d'innovation, la résilience et les influences sur la réputation et la légitimité. Les informations obtenues peuvent être consolidées dans une matrice de matérialité.

Objectifs et contre-mesures : Après l'examen de l'état d'avancement, identifiez les objectifs et mettez en œuvre des mesures qui tiennent compte des intérêts des parties prenantes et des exigences légales. Vous pouvez également tester les objectifs et les mesures existants par rapport à l'état actuel et à la réalisation des objectifs, ce qui constitue une occasion d'effectuer une analyse des écarts ou une analyse de la distance par rapport à l'objectif.

Exécution : Mettre en œuvre les mesures nécessaires. Il s'agit d'établir et de définir les responsabilités, les budgets, les ressources et un calendrier dans une feuille de route pratique.

Examens cohérents : Après l'exécution, il est essentiel de contrôler en permanence si les objectifs fixés ont été atteints grâce aux mesures appliquées. Simultanément, il est crucial d'évaluer si des modifications ou des mesures supplémentaires sont nécessaires.

Ces étapes s'inscrivent dans le cadre du PDCA (Planifier, Faire, Contrôler, Agir) couramment utilisé dans les systèmes de gestion correspondant aux normes ISO 45001, ISO 14001 et ISO 50001. Il est utile d'adopter cette approche des cycles d'amélioration continue dans le contexte de la gestion ESG, car l'étape de suivi fournit une analyse de l'état d'avancement, signalant ainsi le début du cycle suivant.

La santé et la sécurité au travail étant un élément clé à rapporter dans le cadre de l'élément "social" du rapport CSRD de l'UE, les professionnels de la santé et de la sécurité peuvent pleinement contribuer, grâce à leurs connaissances et expériences dans le domaine, à l'alignement des processus, des points de données requis, de l'analyse et du rapport. En outre, ils doivent veiller à ce que le rapport soit conforme à la perspective de la santé et de la sécurité au sein de leur organisation.

Partagez ceci sur:

Ressources

Blog

Adopter une économie circulaire : L'avenir du développement durable des entreprises

Communiqué

Wittmann s'appuie sur la plateforme AMCS pour faire progresser sa vision circulaire

Événement

Responsible Business Europe

Afficher d’autres ressources

Obtenir une démonstration